les repreneurs d’un restaurant exploitent l’établissement sans payer

les repreneurs d’un restaurant exploitent l’établissement sans payer

14 février 2023 0 Par Yannick Deslandes


Le restaurant Auberge des Arômes à Grasse squatté par des repreneurs sans payer

Le tribunal judiciaire de Grasse a décidé de résilier le 19 janvier dernier le contrat passé entre les anciens et les nouveaux gérants du restaurant et d’ordonner l’expulsion des repreneurs. Presque un mois plus tard, cet ordre n’a pas encore été exécuté.

Un couple de restaurateurs à la retraite « tombé dans le piège »

« On est tombé dans le piège ». Un couple de restaurateurs à la retraite a enclenché une procédure judiciaire contre le repreneur de leur établissement à Grasse, rapporte Nice-Matin. Et pour cause, le nouveau gérant exploite les lieux sous un contrat de gérance-location, mais ne paye pas les propriétaires.

Le piège de Franck R.

C’est après avoir servi jusqu’à 120 couverts par repas pendant 23 ans à l’Auberge des arômes que le couple de restaurateurs, qui rencontre des soucis de santé, décide de prendre sa retraite. Il passe alors par un agent immobilier pour trouver un repreneur.

« On voulait quelqu’un de fiable qui en prenne bien soin, on n’aurait jamais imaginé sur qui on allait tomber… », raconte Annie Andonian auprès du quotidien régional.

Un premier dossier n’aboutit pas car la demande de crédit du potentiel repreneur n’est pas accepté. C’est alors que le couple fait la rencontre, toujours via l’intermédiaire de leur agent immobilier, de Franck R. « Avec celui-là on est tombé dans un piège », déplore Annie.

« Il insistait tellement »

L’homme s’est présenté « comme un grand boucher des Halles, avec pas mal d’affaires à Cannes ou Monaco » mais n’a pas l’argent disponible pour acheter directement le fonds de commerce du restaurant.

« Il insistait tellement pour reprendre l’auberge qu’on a voulu l’aider », raconte la propriétaire.

Le couple accepte alors de signer avec Franck R. un contrat de location-gérance sur dix mois avec option d’achat, avec une société au nom du fils du futur repreneur, Calvin R. Et pour cause, l’homme a été condamné en 2021 dans une affaire d’escroquerie et n’a pas le droit de gérer une entreprise pendant cinq ans, toujours selon le journal.

Un « mauvais karma » sur ce dossier

Mais hormis 2500 euros versé en décembre, le couple n’a rien reçu de la part du nouveau gérant de l’établissement pour la location du lieu. Pourtant, le retaurant accueille des clients.

C’est pourquoi le couple a adressé un référé auprès du tribunal judiciaire de Grasse, qui a décidé de résilier le 19 janvier dernier le contrat passé entre les anciens et les nouveaux gérants et d’ordonner l’expulsion des repreneurs. Or, malgré le passage d’un huissier pour prévenir le nouveau gérant de la décision du tribunal, cet ordre n’a pas été exécuté, presque un mois plus tard.

L’agent immobilier reconnaît avoir « un mauvais karma » sur ce dossier et assure avoir « fait son travail » en faisant des recherches sur la société repreneuse.

« Il n’y avait pas d’irrégularité. Puis j’ai passé le bébé à l’avocat des Andonian, qui a formulé le contrat. Malheureusement, on est tombé sur quelqu’un de malhonnête » estime-t-il.

Le restaurant toujours en activité

Le restaurant est toujours en activité. Mais dans l’établissement, l’homme qui se présente comme « le nouveau gérant » n’est ni Franck ni Calvin R, et son identité n’est pas connue.

Le maire de Grasse a sollicité le sous-préfet Jean-Claude Genay dans un courrier, lui demandant « d’autoriser l’intervention de la force publique dans les meilleurs délais ».

Source

🖼️➡️ Créez vos images par intelligence artificielle avec le Générateur d'Image IA

-

🤖➡️ Créez vos textes par intelligence artificielle avec TCHATGPT

-

🤩 Envie d'un article sur votre établissement, vos services ou votre événément ? Contactez-nous !